Comptage rétrospectif de l’Acte 2 / Acte II (24 Novembre 2018) des Gilets Jaunes à Paris.


Ce comptage a été initialement réalisé sous forme d’un jeu pour nos followers sur Twitter. Pour plus d’informations sur notre méthode, nous vous invitons à consulter ce billet d’introduction et la mise à jour. Ce billet vise à récapituler le décompte de façon plus sobre 🙂

Nous utiliserons cette photo du photographe Olivier Coret, prise sur les Champs-Élysées (heure inconnue):

L’authenticité de cette photo a été confirmée par le service de fact-checking de l’AFP.

https://twitter.com/AfpFactuel/status/1066972821979566080

Pour décompter, nous devons tout d’abord géolocaliser précisément le point de vue du photographe. Pour cela, nous remarquons une particularité sur la photo: deux feux de signalisation consécutivement face à l’Arc de Triomphe. En visitant des photographies prises par Google Street View aux alentours de cette date, on ne retrouve qu’un seul endroit où de tels feux apparaissent. C’est donc une particularité des lieux, qui nous permet de géolocaliser précisément ces feux sur l’avenue des Champs-Élysées (cliquer pour agrandir).

En comptant le nombre de feux précédents ces deux feux consécutivement tournés face à l’Arc, nous pouvons géolocaliser le point de vue du photographe, et reproduisons un point de vue similaire via Google Street View pour confirmer, environ en face du Léon de Bruxelles, au 76 Avenue des Champs-Élysées.

Nota bene: la zone marquée en rouge est légèrement trop placée. Étant donnée la hauteur de la prise de vue du photographe, il est probable que celui-ci se soit positionné sur au niveau du feu précédent afin de pouvoir grimper dessus et prendre un peu de hauteur. Le reste du décompte ici utilise ce marquage et donc est légèrement pessimiste/conservateur.

Nous pouvons en conséquence effectuer le géobalisage MapChecking suivant (activez la vue satellitaire pour voir les délimitations précises):

Ce décompte ne prend en compte que les manifestants en FACE du photographe, pas ceux potentiellement derrière (mais qu’on ne peut voir).

Superficie: 31149.74 m². On considère une densité statique légère, de 1.0 à 1.5 personnes/m². Cette estimation de densité est sans aucun doute conservatrice au vu de vidéos des mêmes lieux (mais peut-être à une heure différente).

Miroirs:

Nous décomptons entre 30 000 et 40 000 manifestants dans ce cortège à Paris (heure inconnue).

D’autres photos du même auteur sont disponibles ici, dont une à peu près au même moment.

Pour contexte, le Ministère de l’Intérieur avait annoncé 5 000 manifestants sur les Champs-Élysées, et 3 000 autres dans le reste de la capitale, pour un total de 8 000 manifestants à Paris pour cet Acte 2.

Considérons le décompte du Ministère: pour obtenir un décompte de 5 000 manifestants pour une telle superficie (31149.74 m²), il faudrait une densité de… 0.16 m²/personne, soit une occupation de superficie moyenne de 6.25 m² par chaque manifestant, et une distance en moyenne de 2.5 m entre chaque manifestant et dans toutes les directions!

Même en étant très conservateur, et que l’on considérait que chaque manifestant occupait 2m² de superficie (ce qui visiblement n’était pas le cas), le décompte serait tout de même de 15 000 manifestants minimum, soit 3x plus qu’annoncé par le Ministère.
En conséquence, le décompte du Ministère pour l’Acte 2 a sans aucun doute été minimisé. Et nous dirions au moins d’un facteur 3, en étant très prudents, mais probablement plus.
La question qui se pose maintenant: est-ce que les autres décomptes, et le total national, ont été d’autant minimisés? (Et bonus: comment la police a-t-elle compté à vue les manifestants sur les Champs-Élysées puisqu’ils sont arrivés d’à peu près toutes les rues environnantes?). En effet, la méthode de la police ne permet que de compter les cortèges avancant devant les policiers. Sachant que ce jour là il y a eu de nombreux débordements, donc un manque d’effectifs, comment peut-on croire qu’il y avait des agents postés dans toutes les rues pour compter?
À titre de comparaison, voici une vidéo de l’Acte 22 où le Ministère avait également compté 5 000 manifestants (tandis que nous en avions compté 7 000), ce qui montre une incohérence dans leur façon de compter puisque les nombres donnés ne reflète pas forcément ce qu’on peut observer sur le terrain. La cohérence de la méthode de comptage étant pourtant le critère primordial d’utilité.
https://twitter.com/gjsciences/status/1173656201743208448
On peut aussi faire une comparaison avec une simulation (merci au professeur G.K. Still): ci-dessous, un cortège de 625m² (soit 49x moins que la superficie que nous avons estimé sur la photo), à des densités de 0.5m², 1m² et 1.5m² par personne. Clairement, 0.5m² parait bien trop léger.
Mais même en considérant 40 000  à 50 000 manifestants (en prenant en compte que d’après le Ministère il y avait 3000/5000 = 60% du nombre de manifestants aux Champs-Élysées dans d’autres cortèges à Paris), c’est tout de même peu comparé aux manifestations monstres comme celles à Hong Kong ou pour le climat. Vraiment?
Tout d’abord, comme le fait justement remarquer Jérôme Collet dans le magazine Variances de l’ENSAE, les décomptes ne sont en général pas comparables entre manifestants, car les organismes de comptage sont différentes, et de même pour les méthodes de comptage utilisées, et ça change tout. Néanmoins, nous avons l’avantage d’avoir effectué de nombreux décomptes sur de nombreux cortèges différents mais toujours avec la même méthode de comptage, aussi nos décomptes devraient remplir le critère de cohérence et être comparables entre eux.
Par exemple la Marche Du Siècle Pour Le Climat du 17 mars 2019 (Acte 18) qui, de l’avis de tous, est un grand succès, avait réuni 39K manifestants selon nous, 36K selon la préfecture, 45K selon le cabinet Occurrence et… 107 000 selon les organisateurs!
https://vimeo.com/324678406
Autrement dit, selon nos décomptes, le nombre de Gilets Jaunes à l’Acte 2 à Paris était un peu supérieur au nombre de marcheurs climat à l’Acte 18. Libre à vous donc soit de donner le chiffre exact, 40K à 50K mini, soit la version syndical, + de 110000 😉
Comparons maintenant à HKProtests (les manifestations de Hong Kong), dont les images ont fait le tour du monde de par l’immensité de la foule. D’après nos décomptes (intégré en bonus de l’acte 40), c’était minimum 70K au parc (sans compter les rues avoisinantes), soit 1.5x à 2x plus que les Gilets Jaunes à Paris Acte2.
https://twitter.com/gjsciences/status/1163320733881122816
Ce qui signifie que dans l’ordre de grandeur, c’est similaire. Sauf qu’il n’y a qu’une seule ville pour Hong Kong, quand pour les Gilets Jaunes Acte 2 les manifestations étaient réparties dans 2000 points de rassemblements, Paris n’en étant qu’un seul de ces 2000, dans toute la France d’après le recensement du Ministère de l’Intérieur.
Une dernière comparaison: l’Acte 1 des Gilets Jaunes selon décompte police, et l’Acte 2 selon décompte corrigé (x3 comme pour Paris), c’est similaire à la mobilisation nationale de la marche anti-brexit People’s Voice, c’est-à-dire 300K à 400K réel (1 million syndical 😉 ). Rappelons que l’Acte 1, c’est 287 710 Gilets Jaunes selon police (donc une mobilisation similaire à la marche anti-brexit, mais répartie dans toute la France, quand la marche anti-brexit a fait un ralliement de tout le pays vers Londres), l’Acte 2 166 000 dont nous avons montré ci-dessus que pour Paris le décompte a été divisé par au moins 3, ce qui est proche des minimisations moyennes de 2x à 2.5x observées sur les autres actes.
https://twitter.com/gjsciences/status/1113830032890318853
En conclusion, le nombre de #GiletsJaunes rassemblés dans les premiers actes, ici en l’occurrence l’#Acte2 pour lequel nous avons des données, fait sans aucun doute partie des plus importantes mobilisations populaires de cette année, tant en relatif (similaire à climat et HK) qu’en termes absolus (en comptant toutes les villes, on arrive à bien plus que HK sans aucun doute, même si la comparaison est limite puisque HK n’est qu’une seule ville, mais certains malheureusement utilisent cette fallacie…).

Le texte de cet article est sous license Creative Commons Attribution 4.0 International (CC BY 4.0). Les images et vidéo sont les propriétés de leurs auteurs tels qu’indiqués en description ici ou sur la page liée. Image d’en-tête est notre composition à partir de dessins par Clker-Free-Vector-Images et OpenClipart-Vectors, tous deux sous license Pixabay.