Petit billet de comptage du rassemblement des foulards rouges du dimanche 27/01/2019 à Paris.

MAJ 11/02/2019: un recomptage fondé sur de nouvelles sources est disponible ici, et produit un décompte d’au moins 10 020 manifestants. Le reste de cet article est gardé pour historique.

Notre méthode de comptage, rigoureuse, vérifiable et scientifique, se fonde sur le comptage par densité de Jacobs appliqué aux photographies non-aériennes selon Dillon Cariveau avec les règles de crédibilité de McPhail et John McCarthy. Nous nous basons uniquement sur des preuves observables (photographies et vidéos assez en hauteur et en suffisante qualité et bien localisées/datées), jamais sur les chiffres d’autres observateurs. Nous détaillons ici notre décompte ville par ville, avec les données sources utilisées et notre méthode pour calculer chacun.

Ce décompte ne se veut pas exhaustif, mais représentatif du nombre de manifestants dans un cortège dans un lieu précis et à un moment donné. Néanmoins, une fois n’est pas coutume, nous avons une donnée nous permettant une bonne approximation de l’ensemble du cortège, son tracé étant bien défini.

Comptage

Nous utiliserons cette vidéo de l’agence Ruptly (RT France):

À noter qu’une seconde vidéo de Brut est disponible mais celle de Ruptly offre un point de vue fixe sur l’ensemble du cortège, avec un zoom de qualité et légèrement surélevé.

Plus précisément, nous nous concentrerons sur le segment de 1:19:00 à 1:29:30. Nous pouvons facilement localiser le lieu puisque nous savons que le cortège s’est déplacé de Place de la Nation vers Place de la Bastille. On peut alors reproduire l’angle de vue du vidéaste, au 36 rue de Lyon:

Nous pouvons observer que le cortège commence à peu près au premier feu de signalisation qu’on peut voir, soit au 26 avenue Daumesnil.

Trois points dans la séquence offrent une bonne opportunité pour estimer le lieu de fin du cortège: 1:19:49, 1:22:02 et 1:23:00, avec un zoom progressif:

On observe que le cortège semble visiblement se terminer avant le 5e feu à partir du point de vue du vidéaste, soit au 51 rue Daumesnil.

Pour s’assurer qu’on ne rate pas une partie du cortège venant du boulevard Diderot, on observera entre 1:22:50 et 1:23:20 que la circulation est rétablie sur ce boulevard (coin supérieur gauche de cet extrait au ralenti 0.5x):

Nous pouvons nous assurer que les voitures s’engagent et sortent bien du boulevard Diderot puisqu’aucune autre rue après ou avant n’a un tel angle obtus:

Voici notre géobalisage uMap:

Superficie: 3934.87 m².

En observant toute la séquence, et notamment lorsque le cortège s’avance, on peut observer que celui-ci comporte à la fois des groupes très denses et d’autres plus parsemés. Puisque nous n’avons pas de photographie aérienne permettant de quadriller précisément la densité par zone, nous approximerons la densité de l’ensemble du cortège en considérant une densité moyenne, soit une constante de densité de 0.627 m²/personne.

Nous décomptons 6 276 personnes dans ce cortège à Paris, aux alentours de 16h (heure basée sur la vidéo de Brut qui a été filmée au même endroit à peu près au même moment). À noter que la vidéo de Brut, plus précisément aux alentours de 32:00, semble indiquer que nous avons peut-être surestimé ce décompte, puisque la densité semble être parsemée sur une bonne partie du cortège. Néanmoins, puisque nous ne pouvons pas trouver de marque indéniable pour synchroniser exactement les deux vidéos, nous préférons ne pas prendre en compte cette variation de densité.

Total et conclusion

D’après notre décompte, nous dénombrons environ 6 276 manifestants foulards rouges à Paris aux environs de 16h. Exceptionnellement pour ce décompte, étant donné la qualité des données et les conditions d’organisation du rassemblement – avec notablement un tracé fixé et une convergence dans la seule ville de Paris -, nous pensons que ce chiffre représente une bonne estimation de l’ensemble du cortège (et non pas un décompte à minima), même si une marge d’erreur subsiste (entre 10% et 20% selon la littérature scientifique pour cette méthode), comme dans tout comptage.

Exceptionnellement aussi, pour référence (puisque d’habitude nous tentons de rester aveugle aux informations afin d’éviter tout biais d’auto-confirmation), l’AFP n’a estimé ce rassemblement qu’à quelques « milliers », tandis qu’un correspondant pour LCI a estimé entre 1 500 et 2 000 manifestants, tandis que la préfecture a estimé la mobilisation à « au moins 10 500 manifestants ». D’après Libération CheckNews: « il a pu apparaître à certains journalistes, dont celui de l’AFP, que l’affluence était inférieure à celle annoncée par les autorités. »

Ce chiffre de la préfecture apparait donc singulier: premièrement, il est bien plus élevé que toutes les observations indépendantes (journalistes et compteurs indépendants comme nous) alors qu’usuellement ceux-ci sont inférieurs, et d’autre part, le chiffre est précis à la centaine (le « 500 »). En effet, les chiffres de comptage sont d’habitude soit rapportés de façon exacte, ce qui suggère une estimation par calcul de densité (comme notre cas) ou comptage automatique, ou soit ils sont arrondis pour tenir compte du caractère approximatif et de la marge d’erreur (ce que fait la préfecture de police – ce qui ne signifie pas qu’un tel décompte est moins exacte, c’est juste une façon différente de présenter le résultat). Dans ce dernier cas, il est d’usage de garder les 2 voire 3 chiffres les plus significatifs selon les habitudes, pour la préfecture il semble qu’elle se tienne à 2 chiffres pour les manifestations des gilets jaunes (ex: 84000, 86000, etc.). Ici, nous avons un chiffre de 10 500: pourquoi le 500? Pourquoi ne pas arrondir à 10 000 ou à 11 000? La réponse à ces deux étrangetés (décompte optimiste voire gonflé et présentation du chiffre avec un arrondi étrange) est peut-être à trouver du côté politique et non scientifique: les organisateurs de la marche avaient annoncé espérer « au moins 10 000 personnes » pour la considérer comme un succès… Gageons que s’ils prévoient 15 000 manifestants pour la prochaine, la préfecture en décomptera 15 500 ou 16 000 au pire des cas.

Rappelons que sous-estimer est aussi préjudiciable que de sur-estimer: cela floute la représentation commune de l’ordre de grandeur des rassemblements (voir notre billet sur la Million Man March qui n’a pas réunis un million de personnes…) et pousse à la guerre des chiffres, dont peuvent être autant coupables les militants comme les gouvernements et institutions officielles comme l’Histoire nous le rappelle. Nous estimons comme d’autres scientifiques qu’il convient non pas de reconnaître un mouvement uniquement par la quantité mais d’abord par son existence même, qui devrait être une justification suffisante pour considérer ses revendications.

Le texte de cet article est sous license Creative Commons Attribution 4.0 International (CC BY 4.0). Les images et vidéo sont les propriétés de leurs auteurs tels qu’indiqués en description ici ou sur la page liée. Image d’en-tête d’un auteur inconnu.